L'affaire "Tunguska"
Une technologie antédiluvienne : canular ou info ?

liens
interviews
audio

Valery Uvarov est chef de département auprès de l'Académie nationale de sécurité de St-Pétersbourg. Le département qu'il dirige semble tout droit sorti d'un film de science-fiction: le département de science, de technique et de recherches sur les OVNIS! C'est une chose qui passe souvent inaperçue mais les Russes sont bien plus en avance et ouvert en matière d'ufologie que nous le croyons. Ils possèdent par exemple un centre national très organisé et chargé de collecter toutes les observations d'ovnis sur le territoire de l'ex-Union soviétique. Les Russes disposent pour ce faire d'un maillage très serré d'informateurs, de personne relais et d'enquêteurs qui provient de l'ancien réseau d'informateurs du KGB. Les Russes se sont toujours montrés moins sceptiques en la matière, les affaires d'Ovnis sont considérées comme naturelles, comme faisant partie du décor dans la culture russe. Seul, le manque de moyens financiers qui a résulté de l'effondrement de l'empire soviétique et de la courses aux armements ont handicapé la recherche sur les Ovnis. Néanmoins, le gouvernement affirme avoir une attitude transparente et honnête, probablement plus droite que celle des Américains même si l'ex armée rouge n'a jamais communiqué de façon officielle sur les supposés vaisseaux extraterrestres qu'ils auraient récupérés (les Russes auraient également eu leur affaire Roswell) mais également sur les technologies exotiques en matière d'antigravitation qu'ils auraient pris aux Allemands après la seconde guerre mondiale.

L'interview qui va suivre est une traduction d'un entretien filmé qu'a eu Valery Uvarov il y a un an à peu près, soit le 8 février 2003 à l'occasion du 12ième congrès internationale et festival cinématographique sur les Ovnis (the 12th International UFO Congress Convention and film festival) qui s'est tenu à Laughlin dans le Nevada. L'interviewer n'est autre que le rédacteur en chef du célèbre périodique anglais spécialisé "UFO magazine" et cet entretien a été retranscrit par la suite dans le magazine australien Nexus en juillet 2003. Nous avons pris un grand plaisir de réaliser la traduction maison de cet entretien car il est assez atypique. Plutôt que de parler des traditionnels Ovnis et autres bases souterraines américaines, ce fonctionnaire russe évoque l'incroyable existence d'une technologie et d'une installation balistique mais également émettrice vieille de plusieurs milliers d'années et édifiée par une civilisation mystérieuse, sans doute extraterrestre. Le but de cette étrange technologie semble relié aux trajectoires des météorites qui pourraient se trouver dans le voisinage de la terre mais également au sort de la mystérieuse et controversée planète X, un corps céleste dont la trajectoire orbitale est cachée par le soleil. On évoque enfin la dramatique collision de la météorite de Tunguska qui ravagea une vaste région de la Sibérie au début du 20ième siècle. Canular, coup de bluff, désinformation pour dissimuler l'existence d'une installation militaire très "terrienne" ou réel scoop, cette affaire Uvarov intrigue et dérange d'autant plus que l'intéressé invite très officiellement des experts étrangers à se joindre à la prochaine expédition dans la région et ne voit aucun problème à rendre l'affaire publique. A suivre donc...

Graham Birdsall: Quel est votre titre officiel?

Valery Uvarov: Je suis à la tête du département des sciences, des techniques et des recherches sur les Ovnis qui est basée à St-Pétersbourg en Russie.

Il s'agit donc d'une agence gouvernementale officielle russe?

Absolument. Je dois rendre des comptes à deux personnes au-dessus de moi qui doivent elles-mêmes répondre de leurs actes devant une autre autorité qui n'est autre que celle de notre président, le président Puttin.

Quels sont exactement vos attributions?

Nos travaux de recherches se divisent très exactement en deux parties. Tout d'abord, nous analysons constamment des données qui proviennent des 4 coins du monde. Nous en extrayons les informations que nous estimons les plus intéressantes pour notre base de données, informations codées soit jaune, soit rouge. Par la suite, ces informations sont propagées vers d'autres départements à travers toute la Russie.

L'autre aspect de notre travail consiste à se poser la question suivante: les OVNIS existent-ils oui ou non? De toute évidence, nous sommes certains qu'ils existent mais il convient de se demander ce que cache leurs activités, leurs intérêts. Pour nous, il s'agit de l'enjeu le plus important de cette affaire et nous concentrons surtout nos efforts dans cette direction.

Il existe une coopération active entre la Nasa et les officiels de l'aérospatiale russe que cela soit dans les domaines scientifiques, techniques et peut-être même dans le domaine militaire. Est-ce que vous êtes en relation, est-ce que vous entretenez des liens avec des organisations surs outre-mer?

Très franchement, je peux vous dire qu'il y a à peine deux jours, je me rendais aux Etats-Unis pour y rencontrer...disons...pour y rencontrer mes patrons. Et ils m'ont affirmé qu'ils étaient très intéressés par une coopération avec d'autres organisations, disons, nos amis occidentaux. Donc, je peux vous affirmer que cette mission en particulier n'en est qu'à son point de départ. Je suis chargé en fait de trouver les personnes les plus compétentes. Lorsque cela sera fait et que nous passerons à l'étape suivante, alors seulement nous pourrons faire des choses concrètes.

Hors caméra, plus tôt, vous avez fait allusion à certains développements importants qui concernent l'explosion de Tunguska qui a eu lieu en 1908.Pour cet entretien, pouvez-vous nous dire pourquoi aujourd'hui, vous croyez en connaître la cause?

Il ne s'agit pas d'une question de croyance, de spéculation. Nous SAVONS ce qui a causé cet événement. Il s'agit d'une météorite mais d'une météorite qui a été détruite par...disons....un missile.

Ce missile a été engendré par une installation matérielle. Nous ignorons qui a construit cette installation, elle a été édifiée il y a longtemps, fort longtemps et est située en Sibérie à plusieurs centaines de kilomètres au Nord de Tunguska.

Je peux vous dire que notre enquête a mis en évidence bien plus qu'une explosion à Tunguska. Laissez-moi vous confier la chose suivante. La dernière fois que cette installation a abattu une météorite, c'était l'année dernière, entre le 24 et le 25 septembre. Les Américains disposent de trois bases...ils ont également capté cette explosion.

Excusez-moi mais certains diront que tout cela relève de la science-fiction.

Graham, vous savez que lorsque nous parlons des vérités qui se cachent derrière ce sujet, nous nous adressons uniquement à ceux qui ont une bonne compréhension de la responsabilité que tout cela engendre. Et vous savez également que nous avons affaire à une technologie très en avance sur la nôtre, une technologie capable de faire des choses que nous ne pouvons pas faire.

Est-ce que vous pouvez être plus précis sur le lieu où se trouve cette installation?

Regardez où se trouve le site de l'explosion de Tunguska. Au sud-ouest, on trouve le célèbre et immense lac Baïkal. Au-delà se trouve au Nord un énorme territoire de steppes arides couvrant quelque 100.000km carrés. Pratiquement personne n'y séjourne. Il n'y a ni villes ni localité. C'est ici que se trouve l'installation (ndtr: Uvarov montre à son interlocuteur les lieux sur une carte)...

Etes-vous au courant de ces étranges histoires et de ces rumeurs qui concernent la soi-disant planète X? Si un nouveau corps céleste fait son entrée dans notre système solaire, les astronomes le détecteraient très certainement et ils déclareraient sa présence.

Je ne peux pas parler à la place des astronomes occidentaux mais les astronomes de notre Académie nous affirment qu'il n'y a rien à craindre. J'ai entendu des gens parler du chiffre de 3600 ans pour une révolution orbitale complète de cette planète qui aurait en fait une trajectoire orbitale comparable à celle de la terre mais derrière le soleil. Nous savons que cette planète est intimement reliée à l'installation qui se trouve en Sibérie. Permettez-moi d'ajouter que nous croyons que cette installation maintient la planète dans une orbite stable. Si cette planète devait bouger, changeait d'orbite, ce serait alors le système solaire entier qui deviendrait instable. Nous sommes tous certains à l'Académie que planète est habitée et que cette installation a été conçue pour les protéger et pour nous protéger. Tout est sous contrôle.

Nos recherches ont montré que la terre possède une modulation, une fréquence précisément réglée et qui affecte toute chose, tout être vivant. Il y a 12.500 ans, cette fréquence était réglée sur les 360 jours de l'année -celle étudiée par le calendrier égyptien- jusqu'à ce qu'un astéroïde heurte la terre. Nous pensons que l'orbite et la trajectoire de la terre ont été modifiées artificiellement pour compenser cet événement. Notre planète évolue à une plus grande distance du soleil, à un rythme, une fréquence de 365. Cela nous a amené à croire que nous avons des amis, des amis qui veillent sur nous, discrètement. De fait, ils n'ont pas permis et ne permettront pas qu'une planète, une comète ou un astéroïde entrent en collision et ne détruisent la terre. Pour nous, tout cela est absolument limpide. Ceux qui veulent militariser l'espace... pour vous dire la vérité, nous tous qui sommes impliqués dans ce projet ressentons de la douleur dans nos curs. Nous sommes là, nous enquêtons sur cette installation, sur d'autres choses, sur des choses très matérielles, concrètes, des choses qui n'ont pas été construites par des Russes ou des Américains mais par quelqu'un d'autre, quelqu'un venu de l'espace lointain. Cela nous attriste de penser à ce qui pourrait arriver si des armes sont introduites dans l'espace. Laissez-moi parler franchement. Cette installation possède un générateur, une source d'énergie. Nous l'avons localisée. Durant le conflit de l'ex Yougoslavie, nous avons enregistré un accroissement de la forme d'énergie qui sortait de cette installation. C'était incroyable pour nous mais nous savons aujourd'hui que cette installation réagit aux soulèvements sociaux et aux conflits. Une partie de notre enquête se concentre sur des recherches dans d'anciennes archives, de vieux documents. Nous sommes alors tombés sur les textes de "l'Echutin Apposs Alanhor" (sic) (intraduisible, sans doute un texte sacré russe). Nous appelons ces textes tout simplement Alanhor et ils ont au moins 4000 ans. Ils décrivent l'installation en termes scientifiques, ce qui se trouvait sur ces lieux. C'est étrange. J'ai visité la région à deux reprises. La première fois, notre équipement a détecté de forts niveaux de radiation. Je dois vous avouer que c'était plutôt dangereux; nous ne pouvions pas nous en protéger. Les quelques indigènes qui vivent dans la région connaissent l'installation et bien entendu, ils nous en ont fait une description. Ils nous ont décrit des sortes de structures métalliques et en ont fait un croquis. Nous avons reporté toutes ces informations sur une carte. Mais tous ces gens, leurs familles, leurs animaux, ils souffrent tous de maladies liées à ces radiations. Les niveaux de radiation ont été continuellement surveillés depuis ces 6 dernières années et aujourd'hui, tout le monde, en ce compris les animaux ont quitté la forêt. Laissez-moi vous parler de l'explosion de Tunguska, quelque chose qui n'a jamais été évoqué auparavant. Deux mois avant l'explosion, tous les animaux vivants ont quitté la région. C'était comme si l'installation s'était mise en marche pour traiter cet astéroïde. En même temps, les niveaux de radiation ont augmenté. La même chose est en train d'arriver en ce moment, aujourd'hui.

Existe t-ils d'autres projets pour monter une autre expédition dans la région et visiter l'installation?

La radiation est un facteur (dont nous devons tenir compte) mais oui, une autre expédition est prévue pour plus tard cette année. Regardez, nous voulons être ouverts et honnêtes sur le sujet. Nous souhaitons une participation internationale mais les gens que nous inviterons seront responsable aux yeux du reste du monde. Nous voulons des gens qui soient honnêtes avec un esprit ouvert et transparent et qui sont avides de coopérer, d'échanger et de répandre les données scientifiques.

Je vous invite, Graham, à venir en Russie pour visiter cette installation en tant qu'observateur.

J'en serais honoré. Merci

Vous pouvez dire aux gens que nous, les Russes, avons décidé que d'autres personnes devaient être au courant de cette histoire, pas juste une minorité .

 

Traduit par Karma one - © karmapolis

 


haut de page

accueil    nous contacter   liens